Le Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau‑Brunswick (SIINB) présente La génération oubliée : Appel urgent à entamer une réforme du secteur des soins de longue durée au Nouveau‑Brunswick.

Ce rapport qui a nécessité deux années de recherche devrait tirer la sonnette l’alarme chez tous les Néo‑Brunswickois. Le but n’est pas de jeter le blâme sur quiconque. On n’a pas de temps à perdre. Les aînés les plus vulnérables sont à risque. Le SIINB est prêt à travailler avec tous ceux qui s’intéressent véritablement au mieux‑être des aînés et veulent aider à reconstruire le système qui s’occupe d’eux.

Nous espérons qu’après avoir lu le rapport de manière objective, avoir consulté notre microsite et avoir regardé les témoignages sur vidéo de défenseurs des aînés et d’universitaires connus au Nouveau‑Brunswick, vous participerez à cet effort.

Au nom des quelque 500 II syndiqués qui travaillent dans les foyers de soins au Nouveau‑Brunswick et des milliers d’aînés vulnérables dont ils prennent soin, je vous remercie de l’attention que vous accorderez à ce rapport.

Paula Doucet, II, Présidente du Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau Brunswick

Copie de sondage

Êtes vous satisfait du niveau de soins que reçoit votre proche dans son foyer de soins?
NB Nurses Union - Ronda McCready_1 2020_FR
NB Nurses Union - Professor_3 2020_FR
NB Nurses Union - Professor_2 2020_FR
NB Nurses Union - Professor_1 2020_FR
NB Nurses Union - Paula Doucet_2 2020_FR
NB Nurses Union - Paula Doucet_1 2020_FR.mp4
NB Nurses Union - Jeff Hull_1 2020 FR
NB Nurses Union - Cecile Cassista_2 2020_FR
NB Nurses Union - Cecile Cassista_1 2020 FR

Depuis 2013, les employés des foyers de soins du Nouveau-Brunswick ont plus que doublé le nombre de plaintes pour violence acceptées (22,5 %), tout comme les employés des prisons (9 %)

[Source : TravailSécuritaireNB]

31 foyers de soins du Nouveau-Brunswick n’ont pas atteint les ratios minimums requis en matière de personnel de sécurité en 2019

88 % des infirmières immatriculées interrogées déclarent que les effectifs de leur foyer sont insuffisants

Au cours des dernières années, certains foyers de soins du Nouveau-Brunswick ont passé jusqu’à 43 jours sans qu’une infirmière ou infirmier immatriculé ne soit de service, sans que le ministère du Développement social ne rédige de rapport

Depuis 2013, les employés des foyers de soins du Nouveau-Brunswick (6500) ont eu le même nombre de réclamations acceptées par TravailSécuritaireNB pour des blessures liées à la violence que les employés des hôpitaux du Nouveau-Brunswick (20 000)

[Source: TravailSécuritaireNB]

Entre 2017 et 2019, plus de 70 avis de non-conformité ont été donnés aux foyers de soins du Nouveau-Brunswick pour des violations de la sécurité du personnel

En 2017, les foyers de soins du Nouveau-Brunswick ont connu un roulement de 27 % de leurs effectifs d’II

Au cours des dernières années, certains foyers de soins du Nouveau-Brunswick ont passé jusqu’à 43 jours sans qu’une infirmière ou infirmier immatriculé ne soit de service, sans que le ministère du Développement social ne rédige de rapport

Une forte majorité des II (63 %) mentionne que les soins d’hygiène sont offerts aux résidents parfois (32 %) ou souvent (22 %) ou ne sont jamais offerts (9 %)

Cliquer pour graphique

Le SIINB présente despréoccupations fondées sur des données concrètes et explique la raison d’être desrecommandations qu’il propose.

Il ne fait pas que cerner les problems. Il est prêt àproposer des solutions pour aller de l’avant avec succès; une action qui cadre bien avecla responsabilité du personnel infirmier immatriculé de promouvoir la santé et lasécurité de la population, de mener des initiatives visant à améliorer les systems desoins de santé et de travailler à la creation de milieux professionnels de qualité.

Lorsque nous sommes informés, nous sommes tenus d’agir. Le SIINB nous laisseresponsable des travaux qu’il présente dans le present rapport.

Alisha Keough, II M.SC.

Inffaculté Des Sciences Infirmières, Université Du NouveauBrunswick

La génération oubliée brosse un portrait saisissant de la situation dans les foyersde soins au NouveauBrunswick, mais ce n’est guère étonnant. Depuis denombreuses anées, le gouvernement a choisi de percevoir les soins de longuedurée comme une dépense à réduire.

Comme l’explique le present raport, le NouveauBrunswick réduit les heures de soins et le ration en personnel réglementédupuis un certain nombre d’années, donnant lieu à des soins insatisfaisants et àdes pénuries de personnel. À ces decisions vient s’ajouter le fait qu’on compte surle travail occasionnel et à temps partiel, et sur des salaires peu élevés.

Les décisions visant à réduire les coûts reflètent un modèle d’assistance qui consistesimplement à nourrir et à laver les residents, lesquels sont traités comme des moinsque rien. Les residents des foyers de soins ne sont pas des meubles à dépoussiérer;ce sont des êtres humains à part entière.

Dr. Deborah Van Den Hoonaard

Professor Emerita, St. Thomas University

La génération oubliée est un rapport fort opportune qui révèle comment unensemble de facteurs, l’inattention et l’incapacité des gouvernments provinciauxqui se sont succeed ont créé une situation où les soins de longue durée au Nouveau Brunswick s’apparentent à une autoréglementation.

Le manqued’inspections ou les inspections réduites au minimum avec peu de suivi auxordonnances de non conformité, les reclamations des foyers de soins pour uncomplément de non conformité, les reclamations des foyers de soins pour uncomplément d’effectif moins qualifié et la reticence des gouvernements d’exiger lesniveaux de dotation requis, en plus du suivi des données mal effectué, lorsqu’il estfait, compromettent sérieusement les soins de longue durée de qualité.

Les soins de longue duréene sont plus simplement un problème du ministère du Développement social. Il faut obtenir l’apport important et l’orientation des citoyens et du ministèrede la Santé pour répondre aux besoins médicaux de plus en plus complexesd’une plus âgée, contrairement à il y a 25 ans. Les aînés du Nouveau-Brunswick – les members de nos familles – méritent mieux.

Dr Mario Levesque

Professeur Agrégé, Politique Canadienne Et Politique Publique, Université Mount Allison

COMMENTAIRE : Pourquoi une enquête sur le secteur des soins de longue durée est nécessaire au Nouveau Brunswick

Le gouvernement du Nouveau‑Brunswick ne peut plus agir seul pour tracer la voie à suivre pour le secteur des foyers de soins de la province et les quelque 5 000 aînés dont il s’occupe. La surveillance des foyers de soins du Nouveau‑Brunswick exercée par le gouvernement n’est pas une solution – elle constitue, de bien des  façons, le problème. Cette semaine, le Syndicat des infirmiers et infirmiers du Nouveau‑Brunswick (SIINB) a rendu public son rapport intitulé La génération oubliée : Appel urgent à entamer une réforme du secteur des soins de longue durée au Nouveau‑Brunswick. Les conclusions du rapport devraient préoccuper tous les Néo‑Brunswickois. Nous manquons à nos obligations envers les aînés les plus vulnérables.

Plus

Le rapport n’est pas le premier à traiter des aînés et des soins en établissement dans la province – il y en a eu 16 depuis 2004. Que le Nouveau‑Brunswick en soit arrivé là, malgré tous les documents produits, est une des nombreuses constatations déplorables de notre rapport. Nous ne pouvons pas attribuer à ce système défaillant la tâche de se réformer lui‑même. Une enquête sur le secteur des soins de longue durée de la province, en vertu de la Loi sur les enquêtes, est nécessaire. On n’a plus le temps d’attendre.

Plus de 500 infirmières et infirmiers immatriculés (II) syndiqués qui dispensent des soins aux résidents des foyers de soins ont, avec courage, tiré la sonnette d’alarme, ce qui devrait nous pousser tous à agir. Les II indiquent que 63 % du temps, les résidents de leurs foyers ne reçoivent pas régulièrement des soins d’hygiène; que 57 % du temps, les résidents n’ont pas régulièrement un bain; que 89 % du temps, les résidents des foyers de soins n’ont pas l’aide adéquate pour faire de l’exercice, ce qui peut entraîner une faiblesse musculaire, des plaies de décubitus et la détérioration rapide de la santé d’un résident. Comme le disait une II dans le rapport : « nous négligeons nos ainés ».

Ça ne s’arrête pas là. Les soins des pieds, les aiguillages vers un soutien médical, les mises à jour des dossiers et la communication avec les familles n’ont pas lieu de manière constante, en raison d’un système qui s’est affaibli au fil des ans à un point où il ressemble à peine à un système de soins de santé.

En 2019, près de la moitié des foyers de soins au Nouveau‑Brunswick ne respectaient pas leurs ratios obligatoires en dotation sécuritaire. Les inspections relatives à l’infrastructure des foyers de soins et à la sécurité incendie révèlent aussi des niveaux de non‑conformité élevés et inquiétants. Avec quelles conséquences? Malheureusement, ces problèmes ne sont que la pointe de l’iceberg. Nous ne pouvons plus supposer que le ministère du Développement social saisit ou même connaît les nombreux risques auxquels sont exposés les aînés les plus vulnérables dans les foyers de soins du Nouveau‑Brunswick. Le ministère du Développement social, comme l’indique clairement notre rapport, n’est plus à la hauteur de la tâche.

Les informations que révèle notre rapport concernant la surveillance exercée par le ministère du Développement social sont dévastatrices. Dans son analyse, le SIINB a constaté de graves incohérences dans les rapports d’incident majeur, les inspections de sécurité et des infrastructures, et la délivrance d’avis de non‑conformité. En lisant le rapport, le Dr Mario Levesque de l’Université Mount Allison a déclaré que le secteur « s’apparentait à une autoréglementation ».

Les années pendant lesquelles le budget et les effectifs ont été réduits ont laissé leurs marques – exacerbés par des appels constants des foyers de soins eux‑mêmes pour que soient assouplis davantage les règlements. Les normes de sécurité sont moins rigoureuses, les niveaux de dotation diminuent, tout comme la surveillance. La seule chose qui ne cesse d’augmenter, ce sont les niveaux de maladie que les II voient chez les résidents. Nos parents et grands‑parents, la génération oubliée.

Le rapport contient aussi des entrevues avec six anciens et anciennes ministres du Développement social qui tracent un portrait sombre. Plusieurs appuient maintenant le transfert de la responsabilité des foyers de soins au ministère de la Santé. Tous pensent qu’il existe un urgent besoin d’une réforme. Personne n’avait un plan à cet effet. C’est pourquoi une enquête provinciale est si nécessaire. Nos dirigeants ne savent plus trop quoi faire, disposant de peu de données fiables pour les aider. Le gouvernement est en panne d’idées. L’enquête demandée doit pouvoir convoquer des personnes, exiger la production de rapports et de dossiers, et interroger des témoins sous serment, alors seulement pourrons‑nous être certain que le gouvernement sait ce qui se passe dans les foyers de soins de la province et ce qui doit être fait pour rétablir la confiance. Il faut cesser de prendre des décisions de manière frénétique et désespérée.

En raison de ce sentiment de désespoir, nos dirigeants ont confié les soins des aînés les plus vulnérables au secteur privé, avec des résultats préoccupants et prévisibles. En raison du manque de données, de transparence et de responsabilisation, il est quasi impossible pour les Néo‑Brunswickois de connaître les niveaux de soins dispensés par les foyers de soins privés avec l’argent des contribuables, mais les rapports d’autres provinces l’expriment clairement. Le défenseur des aînés de la Colombie‑Britannique a récemment découvert que des foyers de soins privés en Colombie‑Britannique avaient mis en danger des aînés en n’offrant pas des centaines de milliers d’heures de soins subventionnées. Le SIINB a demandé au défenseur des aînés du Nouveau‑Brunswick d’effectuer une enquête semblable, mais c’est nettement insuffisant.

Au cours des prochains jours, des gens mentionneront les 16 rapports préparés depuis 2004 et demanderont pourquoi une enquête est nécessaire. Des politiciens de tous les partis montreront du doigt Ottawa et exigeront davantage du gouvernement fédéral. Je demande à tous les Néo‑Brunswickois de ne pas laisser nos dirigeants se défiler, influencer l’opinion ou refiler la responsabilité. Il n’y a pas de temps pour ce genre de jeu. Les aînés du Nouveau‑Brunswick sont à risque.

Des centaines d’infirmières et infirmiers immatriculés ont décidé d’exprimer la vérité au nom des milliers de résidents aînés qui ne peuvent le faire eux‑mêmes. Il appartient maintenant à nous tous de faire ce qui s’impose.


Le Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau Brunswick (SIINB) est une organisation syndicale d’environ 6 900 infirmières et infirmiers immatriculés, et infirmières et infirmiers praticiens qui travaillent dans divers établissements de soins de santé au Nouveau Brunswick. Ensemble, nous sommes une voix forte et unie.

103 Woodside Lane, Fredericton, NB E3C 0C5

Tel: (506) 453-0829 / Toll Free: 1-800-442-4914

Fax: (506) 453-0828 / 453-0834